Rechercher sur le site

Suivez toute l'actualité Desjoyaux

Mardi, 14 Janvier, 2014
ITW
JC Cedrych, franchisé Desjoyaux

Commercial dans l’âme, Jean Christophe Cedrych, 47 ans, s’est associé avec un maçon, ami de longue date, afin de reprendre la concession Piscines Desjoyaux de la Seyne-sur-mer (83), en février 2012.

JC Cedrych, franchisé Piscines Desjoyaux.

Construction du projet : Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’ai effectué toute ma carrière en qualité de commercial pour différents produits et services. J’ai travaillé ces quinze dernières années dans le négoce en matériaux, et je passais mon temps sur les chantiers avec les maçons. L’un d’entre eux, devenu depuis mon associé, était un ami d’enfance et m’a fait part d’une opportunité d’affaire. Il s’agissait de reprendre la concession Piscines Desjoyaux de La Seyne-Sur-Mer (83), gérée par l’un de mes anciens collègues de travail, qui désirait revendre son fonds de commerce pour se rapprocher de son domicile. J’ai toujours eu une mentalité indépendante. Et, alors que la plupart des sociétés réclamaient de plus en plus de comptes-rendus à leurs commerciaux, je me suis dit que c’était le bon moment pour passer à autre chose.

 

Pourquoi avoir créé en vous appuyant sur un réseau ?

En concession, on est autonome mais pas seul. On a sa propre entreprise, tout en étant entouré comme dans une grosse société. Pouvoir s’appuyer sur un réseau est important : l’enseigne est spécialisée dans les piscines, et mes voisins concessionnaires Piscines Desjoyaux ont l’expérience des chantiers et des terrains spécifiques à la région.


Choix de l’enseigne : ce qui vous a séduit chez le concédant ?

Le groupe Piscines Desjoyaux demeure une entreprise familiale et j’apprécie la possibilité de pouvoir parler en réunion, directement avec un membre de la famille Desjoyaux. L’enseigne a fondé sa notoriété sur sa grande expérience et sur la qualité de conception de ses piscines. Un système breveté de filtration sans canalisations écarte tout risque de fuites, et l’étanchéité par le liner a supplanté le carrelage des piscines. Enfin, l’obtention du crédit a été facilitée, grâce à la production des bilans des années antérieures, et à l’existence d’une clientèle qui vient s’approvisionner au magasin en matériel ou en consommables, après construction de leur piscine.

 

Comment avez-vous convaincu le concédant ?

Ma dimension commerciale et mon expérience du secteur du bâtiment étaient importantes. Mais j’avais avant tout la capacité financière pour investir et financer le fonds de commerce et le stock. En outre, je me présentais au concédant avec un associé, maçon de métier, que je connaissais depuis l’âge de 14 ans.