Rechercher sur le site
qsdqsdqsdqsdqsdqsdqs

Suivez toute l'actualité Desjoyaux

Mercredi, 24 Avril, 2013
Djx
A la pointe de l'automatisation

Desjoyaux : à la conquête du monde

Jean Louis Desjoyaux est un visionnaire qui a toujours su choisir les bonnes stratégies pour faire avancer son entreprise.

 

De l’autoroute A72, rien ne laisse présager l’ampleur du site industriel de Desjoyaux. Quelle surprise alors quand on pénètre au cœur du site, on découvre une sorte de petit village composé de 40 000m² d’ateliers semés sur la coulée verte qui sépare Saint Etienne d’Andrézieux-Bouthéon. Bienvenue chez le leader mondial des piscines enterrées en béton.

Dans chaque atelier, des robots s’affairent. C’est ici à La Fouillouse que sont fabriqués les structures, les escaliers ou les dallages des futures piscines estampillées Desjoyaux. « Nous avons investi 40 millions d’euros ces 3 dernières années. Nous avons ici des presses à injections de 500 à 6 000 tonnes uniques au monde, entièrement robotisées. Et ça ne coute pas plus cher d’injecter à La Fouillouse qu’en Chine » souligne Jean Louis Desjoyaux, P.D.G de l’entreprise éponyme. « Nous avons terminé notre dernier investissement : un nouvel atelier de liner qui a couté 7 millions d’euros. Avant pour faire fonctionner cet atelier, il fallait entre 25 et 30 personnes. Aujourd’hui, il ne nécessite plus que 4 opérateurs » précise le P.D.G.

L’automatisation permet à l’entreprise ligérienne d’être compétitive en France et à l’étranger. Même si elle a vu sa production passer de 14 000 bassins en 2008 à 7 800 en 2012, l’activité du groupe a seulement diminué de 2.4 %, l’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de 76.5 millions d’euros avec un résultat de net de 3,04 millions d’euros. « Je pense qu’on a touché le fond » souligne Jean Louis Desjoyaux en parlant de la crise. « 2013 ne sera pas l’année de la reprise, en revanche, j’ai confiance en 2014 et 2015. En période de crise, l’achat d’une piscine n’est pas vraiment la priorité des Français. Notre premier concurrent ? L’automobile. C’est soit une deuxième voiture pour Madame, soit une piscine pour toute la famille. »

Depuis la création de l’entreprise en 1969 par Jean Desjoyaux, le fabricant de piscines a toujours choisi la bonne stratégie. Il a d’abord lancé des innovations exclusives lui permettant de devenir le référent sur le marché de la piscine : la structure monobloc et la filtration sans canalisation qui a supprimé le local technique.

 

Offre de service complète 


Puis il a mis en place une offre de service complète. Du fauteuil, en passant par l’abri de piscine jusqu’au projecteur en passant par les produits d’entretien, Desjoyaux a su multiplier ses marges en offrant à ses clients toute une gamme de produits complémentaires.

Il a toujours eu une stratégie commerciale offensive. L’entreprise compte aujourd’hui un réseau de 160 concessions en France et 450 dans le monde. Il vient d’ouvrir en juin une filiale en Chine. Le groupe s’est doté de moyens à la hauteur de ses ambitions, à savoir la réalisation de 50 % de son chiffre d’affaires à l’export à moyen terme. Le groupe entend assoir sa position de leader sur le marché Français avec la commercialisation d’une piscine petit budget. Aujourd’hui, Desjoyaux réalise 65 % de son chiffre d’affaires en France et 35 % à l’export. « Si le contexte géopolitique le permet, bientôt nous réaliserons plus de piscines privées en Chine qu’en Europe ». L’entreprise qui existe depuis quatre générations poursuit son ascension. Elle travaille actuellement à une piscine de 25 hectares pour un promoteur Egyptien. Un défi qui n’effraie pas Jean Louis Desjoyaux, toujours prêt à se redresser les manches. Et quand il n’est pas présent dans son usine, le chef d’entreprise bichonne son cheptel de 150 Charolaises dans la plaine du Forez, une détente indispensable à ce visionnaire du mode de l’entreprise.

 

Véronique FEUERSTEIN / MASSIF CENTRAL